Les certificats d’économie d’énergie institués par la loi d’orientation sur l’énergie de juillet 2005 pourraient-ils se révéler, à terme, la mesure idéale sur la voie d’une amélioration de 20 % de l’efficacité énergétique en 2020 ? En ces temps de crises budgétaires, le système, entré en janvier dernier dans sa deuxième phase, a l’avantage de ne pas peser sur les finances publiques ! En outre, il rapporte… des économies d’énergie (2,59 millions de tonnes équivalent pétrole espérés à l’issue de la 2e période). Et suscite des vocations créatrices d’emploi, à l’image de ces structures collectives qui reprennent à leur compte le rôle d’obligé. Mais qu’en pensent les obligés eux-mêmes, qui voient poindre pour 2014 une nouvelle augmentation de leur obligation ? Le débat réunira quelques-unes des parties prenantes.

Pour en savoir plus, consulter le déroulé de l’événement.