Le meilleur endroit pour prendre la mesure de l’urgence à agir contre le réchauffement climatique ? Face aux cimes enneigées et aux glaciers majestueux. C’était la conviction du parrain « suisse » de l’Observatoire, Claude Haegi, par ailleurs Président de la Fondation Européenne pour le Développement durable des Régions (FEDRE).

Pour débattre des performances des bâtiments à énergie positive (Bepos), il avait décidé d’installer invités et intervenants sur un balcon alpin : à 2 500 mètres d’altitude au-dessus de Chamonix, face à la Mer de Glace et à l’étincelant Mont-Blanc. Les explications des glaciologues sur l’érosion des roches et le retrait des glaciers à cause de la hausse de la température terrestre ont rendu celles des défenseurs de la haute montagne et des concepteurs de bâtiments à énergie positive d’autant plus percutantes.

Si on souhaite admirer des monts enneigés encore longtemps, il est urgent de produire moins de gaz à effet de serre. Or, l’un des moyens d’y parvenir est de construire des maisons, des villas, des entreprises, des théâtres… qui soient moins gourmands en énergie électrique et fossile. Et qui rejettent moins de CO2. C’est possible. Les technologies existent et s’adaptent aussi bien à des bâtis de l’extrême, comme au nouveau Refuge du Goûter situé à 3 835 mètres, qu’à des constructions plus courantes situées en plaine.

L’atelier de Claude Haegi, qui a rassemblé des ingénieurs, des architectes et des spécialistes des fluides a permis de comparer plusieurs exemples de Bepos et d’en dégager les avantages. Il a aussi suscité une adhésion de toute l’assemblée à la sauvegarde de la haute montagne.

* Avec la participation de :

  • Maxime Bousseaud, business developer Smartgrids & Smartcities, ABB France
  • Thomas Büchi, concepteur du Refuge du Goûter et ingénieur bois
  • François-Régis Chevreau, chef de groupement Unité de production Alpes chez EDF
  • Mathieu Dechavanne, PDG de la Compagnie du Mont-Blanc
  • Giuseppe Fent, architecte
  • Luc Moreau, glaciologue, membre associé au laboratoire EDYTEM CNRS de l’Université de Savoie
  • Ludovic Ravanel, géomorphologue, chercheur associé au laboratoire EDYTEM CNRS de l’Université de Savoie
  • Pierre Stremsdoerfer, ingénieur fluides et énergie du Refuge du Goûter

POUR EN SAVOIR PLUS