Concepteur de l’économie positive, entre rupture et pragmatisme

Conscient de l’urgence d’une société en phase avec les grands changements environnementaux, Maximilien Rouer imagine un modèle d’« économie positive » qui favorise la restauration du capital naturel et humain. Au plus près du terrain, il conseille les entreprises pour que le développement durable, trop souvent galvaudé, reprenne corps, notamment via des modèles économiques de rupture. Ces pas de côté, il les encourage aussi lors de ses ateliers consacrés à la transition énergétique. À en croire les causes défendues, réussir cette transition appelle de nouveaux modèles de croissance avec, en tête, plus de décentralisation et d’économie circulaire.

Décentraliser en bonne intelligence

Maximilien Rouer en est convaincu, la décentralisation est inéluctable. « Pour répondre à la demande sociétale d’énergie renouvelable et aux demandes de croissance économique, on a besoin de stimuler la production des territoires ». Centralisation et décentralisation sont alliées et ne s’opposent pas pour lui. Si le parc nucléaire français doit continuer à servir pour l’industrie gourmande en énergie, il convient également de « produire localement ». Un changement qui ne peut pas se faire du jour au lendemain et qui demandera une « libération en termes de gouvernance des territoires », mais aussi un accompagnement d’EDF qui trouve là une occasion de se positionner en partenaire des projets locaux. Au-delà des questions de gouvernance, Maximilien Rouer suggère également d’explorer les perspectives de la transition écologique côté économie circulaire.

Économie circulaire : transformer les défis en opportunités

Dans un contexte économique sous tension, un des défis des entreprises consiste à améliorer leur compétitivité coûts. Que ce soit via la réduction des coûts énergétiques, ou des coûts des autres matières premières, les entreprises cherchent « des leviers pour maintenir une marge en restreignant les coûts des achats matières ». Pour Maximilien Rouer, une piste serait dans l’économie circulaire, concept dont la mise en place pratique est souvent à peine initiée : côté aval, par la collecte, la redistribution et le recyclage des déchets, côté amont, par l’éco-conception des produits et des process. Militant convaincu, Maximilien Rouer n’en est pas moins lucide. Pour que l’économie circulaire n’en reste pas au stade de promesse, il faut concevoir des modèles économiques rentables. À l’évidence, « nous assistons à la fin de la logique unique. Il est dans l’intérêt des acteurs de faire cohabiter différentes solutions, qu’il s’agisse d’organiser les circuits circulaires ou d’élargir les modalités de financement suivant les projets et les besoins ».

Repères

  • 2003 : Maximilien Rouer est nommé expert au Conseil National du Développement Durable (NDD) par le Premier ministre.
  • 2003-2007 : lancement et conseil scientifique du programme CPI (Création de Produit Innovant) et lancement des premiers Trophées de l’Économie Positive en association avec HEC et Reporters d’Espoirs en 2007.
  • 2008 : Maximilien Rouer est nommé expert auprès du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) par le ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire.
  • 2008 : il obtient le prix du livre Environnement pour Réparer la planète, la révolution de l’économie positive.
  • 2010 : il est nommé administrateur du fonds de capital investissement BeCapital, doté de 150 millions d’euros pour les mid cap cleantechs.
  • 2002-2012 : il organise plus de 1 000 conférences pour de grands groupes, conseils d’administration, comités de direction ou pour des associations professionnelles.
  • 2013 : il est nommé administrateur de l’AgroParisTech.

En 4 titres

  • Ingénieur diplômé d’AgroParisTech et Maître ès Biologie cellulaire et Physiologie végétale (Université Paris VII).
  • Président et associé fondateur de BeCitizen, cabinet de conseil en stratégie de rupture, depuis 2000.
  • Administrateur au sein de l’association Entreprises pour l’Environnement (EpE) et de l’Association internationale pour une Agriculture Écologiquement Intensive (AEI).
  • Directeur Général Délégué chez GreenFlex depuis 2014.

Publications notables

Ouvrages :

  • 100 pionniers pour la planète : des solutions pour une croissance verte, Maximilien Rouer co-éditeur avec JC Lattès, préface et cadrage du projet, 2009.
  • Réparer la planète, la révolution de l’économie positive, JC Lattès, 2007.
  • 80 hommes pour changer le monde : entreprendre pour la planète, JC Lattès, préface et cadrage du projet, 2005.

Articles :

  • « Être positif pour être durable », Vraiment durable, n° 3, Victoires Éditions, 2013.
  • « L’avenir climatique et la jeune génération », Revue Projet, n° 316, 2010.
  • « L’économie positive pour réconcilier croissance et environnement », Actu Environnement, 2012.

POUR EN SAVOIR PLUS